Berniques 2018-2019

« Les jours heureux », film de Gilles Perret

Débat avec le collectif « Les Jours heureux »
Jeudi 18 octobre 2018 – 20h
Gratuit

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».

Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

Ce film vise à retracer le parcours de ces lois, pour en réhabiliter l’origine qui a aujourd’hui sombré dans l’oubli. Raconter comment une utopie folle dans cette période sombre devint réalité à la Libération.

 

« Dans les blés », film de Harold Vasselin

Débat avec les AMAP du Pays de Rennes
Jeudi 22 novembre 2018 – 20h
Gratuit

 

« L’Amérique de la femme », court métrage de Blandine Lenoir

Suivi d’un débat
Jeudi 6 décembre 2018 – 20h
Gratuit

Trois sœurs entre trente-cinq et quarante-cinq ans (Agathe, Lucie et Marie) débarquent chez leur mère, Solange, pour un week-end prolongé à la campagne. La fille d’Agathe, Zouzou, est là depuis une semaine, et d’après Solange, le séjour s’est bien passé. Mais quand les quatre femmes découvrent que la jeune fille de quatorze ans est en train de faire l’amour à l’étage, certainement pour la première fois, c’est la panique.

Qu’est-ce qu’on fait ? On monte les voir ? On les interrompt ? Un dialogue commence alors autour de la question de l’éducation sexuelle.

 

« Sur mes yeux », spectacle/récit musical de Ellie Guillou

Jeudi 9 mai 2019 – 20h
Gratuit

« Diyarbakir – Turquie. Jiyan tente de préserver son fils de la guerre. L’enfant, lui, veut tout voir : le dengbej errant, le soldat qui doute, la femme de ménage muette, le canari en cage… Surtout, faire comme les autres enfants kurdes et défier les chars de l’armée avec une pierre dans la main et des baskets aux pieds.

Tendre et dure, lumineuse et tragique, cette histoire se déroule à la fois dans le cœur de la mère et les yeux de l’enfant. Guerre et paix s’y répondent. »